Mes dernières lectures #12

Bonjour à tous,

Que ça fait plaisir de vous retrouver. Cela fait si longtemps que je ne vous ai plus écrit. Si l’excuse des examens est valable pour le mois qui vient de s’écouler, elle n’est malheureusement pas valable pour mon irrégularité de ces derniers mois et mon quasi-abandon du blog depuis mai.

J’espère pouvoir vous en parler bientôt mais si cette absence m’a bien appris quelque chose, c’est que j’aime profondément vous écrire et pouvoir entretenir ma curiosité et mes passions à travers ce blog.

Bref, je vous posterai un article plus long où j’espère pouvoir mettre les mots sur tout ça. Mais si je ne vous ai pas écrit, je n’ai pas pour autant arrêté de lire. Je pense que dévorer est peut-être le terme le plus approprier pour qualifier ma consommation littéraire de ces derniers temps !

Soyez prévenus, cet article va être long. (L’intro était déjà terriblement longue, je m’en excuse) Alors, installez-vous confortablement, avec votre thé, café ou tisane. Thé glacé ou autres sont également autorisés. En ce qui concerne les vins, gin tonics ou mojitos… Bah tout dépend de l’heure à laquelle vous me lisez. Mais bon, ne vous tracassez pas, ça sera notre petit secret 😉

Je vous propose donc après cette (looooongue) intro, de nous plonger dans mes dernières lectures !

DD019983-D146-44BD-B1AD-670A4F60CEB9.JPG


To kill a Kingdom, Alexandra Christo

Résumé

Princesse Lira est une sirène de sang royal, et l’une des plus dangereuse de toutes. Grâce à sa collection de dix-sept coeurs de princes, elle est redoutée et admirée dans la mer entière. Jusqu’à ce qu’un coup du sort l’oblige à tuer l’un des sien. Pour punir sa fille, la reine des mers transforme Lira en la chose qu’elle déteste le plus au monde : une humaine. Privé de son chant, Lira a jusqu’au solstice d’hiver pour remettre le cœur du Prince Elian à la reine des mers, ou elle restera sous sa forme humaine à tout jamais.
L’océan est le seul endroit que le prince Elian considère comme son foyer, même s’il est l’héritier du plus puissant empire du monde. Chasser des sirène est bien plus qu’un passe-temps douteux – c’est une mission.

Mon Avis

J’ai renoué avec mes lectures d’ado (époque pas si éloignée au final) avec ce livre. C’est en effet avec les romans fantastiques que j’ai appris à lire et c’est avec eux qu’a grandi mon amour de la lecture. Et s’ils m’ont accompagné tout un temps, je me suis petit à petit tourné vers d’autres genres. Enfin, j’avais vu ce livre tourner pas mal sur Instagram, recommandé par de nombreux bookstragramer. Lorsque je l’ai vu en promotion sur ma liseuse, je n’ai pas hésité. Aussitôt vu, aussitôt acheté et presqu’aussi tôt lu !

Ce roman a été une véritable madeleine de Proust ! Peut-être qu’étant en période de blocus/examen mon imaginaire avait besoin de s’évader. Mais au fil des pages, je repris goût à m’évader aux côtés de sirènes, dragons, et autre magie en tout genre. (On peut aussi en faire notre petit secret ? Enfin, si tu me lis en buvant ton rosé en terrasse, on a qu’à dire que nous sommes quittes !)

J’ai vraiment adoré ce livre. On se retrouve catapulté dans un monde fortement influencé par la mythologie grecque. Si sur terre, les hommes font la loi et règnent, les eaux sont le territoire des sirènes et le moins que l’on puisse dire c’est qu’ils ne sont pas copains-copains. SPOILER ALERT, si vous aviez en tête Ariel, Sébastien et Polochon dansant/ondulant sous les rythmes endiablés de Sous l’oceeaaaaan, on n’est pas sur le même délire. Là on part plutôt sur des créatures assoiffées de pouvoir, égoïstes, bouffant les poissons (RIP Polochon) relativement effrayantes.

On retrouve donc Lira, fille de la Reine des Mers, surnommée la Princes’Bane ou le fléau des Princes.  Avec 17 cœurs à son actif, elle est redoutable et redoutée. De tous. Elle mène sa vie de sirène tranquillement. Chaque année elle fait surface et c’est avec le cœur d’un prince qu’elle redescend dans les profondeurs (A la trappe le Prince Éric)

Par un concours de circonstance, Lira tue l’un des siens. En punition, sa mère remplace sa nageoire par une belle paire de jambe. Non, Lira n’est pas contente. Non elle ne veut pas savoir, ni ne veut pouvoir. Et non, elle ne veut vraiment pas être capable de savoir danser sur ses pieds.

Mais la voilà, tout de même à la surface, en train de se noyer ou presque. Elle est néanmoins sauvée par Elian, prince de Midas et pirate à ses heures perdues. (Prince Éric, le retour) Et je vous le donne en mille, il est à la recherche de la Princes’Bane. Personne ne se doute que la jeune donzelle qui tient à peine sur ses jambes est, en fait, la redoutable sirène.

Malgré cette situation un peu téléphonée et ce qui va suivre (gardons un peu le mystère voyons !) le roman évolue très vite vers une quête épique qui pourrait totalement changer leur monde.

Les personnages sont attachants, la relation entre Elian et Lira est surprenante même si attendue. L’écriture est fluide et très agréable. Je l’ai lu en anglais sans difficulté (L’édition française se fait attendre). Cependant si c’est la première fois que vous vous livrez à l’exercice, je vous déconseille fortement de lire de la fantasy, où certains mots sont totalement inventés et où les tournures de phrases ou autres peuvent être bousculées.

Pour conclure j’ai vraiment adoré ce roman et il fait définitivement partie d’une de mes meilleures lectures de 2019 ! Je le recommande mille fois.

Ma note : 5/5


Dans le murmures des feuilles qui dansent, Agnès Ledig

Résumé

Anaëlle, jeune femme en recherche d’informations pour l’écriture de son roman, engage un échange épistolaire avec Hervé, procureur de province. Celui-ci, vivotant dans une routine qui l’ennuie, s’y plonge avec délectation, au grand dam de sa greffière, rapidement agacée par cette insupportable correspondance.

Parallèlement, Thomas, menuisier passionné de nature, s’appuie sur la force des arbres et sa connaissance des sous-bois pour soutenir son petit frère, en proie à une longue hospitalisation.

C’est une petite maison qui sera à la croisée de leurs destins.

Mon avis

Une nouvelle fois Angès Ledig frappe fort. Comme à chaque fois, elle arrive à nous prendre par la main et nous emmène au gré de ses histoire.  Avec ses personnages cabossés par la vie qui tente de se reconstruire. Ces hommes et femmes si touchants et attachants qui vont finir par se croiser les uns les autres pour ne plus se séparer. Qui vont longuement danser et se reconstruire petit à petit.

L’écriture comme à chaque fois est juste, pleine. Ses univers nous prennent et serrent nos gorges. Ses personnages terriblement humains et si vrais font de ce livre une petite pépite. Ma gorge s’est nouée plusieurs fois, mais ma lecture était quand même ponctuée de quelque sourires et rires !

La correspondance entre Anaëlle et Yves m’a particulièrement plue. La force de Thomas m’a épatée et j’ai aimé me laisser porter par ses hérissons, écureuils et histoire sur les chênes centenaires.

L’auteure aborde avec courage des thèmes tel que le handicap, la mort d’un enfant ou encore le cancer. Mais là où ces thèmes pourraient se transformer en complainte plaintive, sous la plume d’Agnès Ledig, ils se transforment en terrible chant d’espoir, de reconstruction.

Ma note : 4/5

 


Les gratitudes, Delphine de Vigan

Résumé

« Je suis orthophoniste. Je travaille avec les mots et avec le silence. Les non-dits. Je travaille avec la honte, le secret, les regrets. Je travaille avec l’absence, les souvenirs disparus, et ceux qui ressurgissent, au détour d’un prénom, d’une image, d’un mot. Je travaille avec les douleurs d’hier et celles d’aujourd’hui. Les confidences.
Et la peur de mourir.
Cela fait partie de mon métier.
Mais ce qui continue de m’étonner, ce qui me sidère même, ce qui encore aujourd’hui, après plus de dix ans de pratique, me coupe parfois littéralement le souffle, c’est la pérennité des douleurs d’enfance. Une empreinte ardente, incandescente, malgré les années. Qui ne s’efface pas. »

Michka est en train de perdre peu à peu l’usage de la parole. Autour d’elles, deux personnes se retrouvent : Marie, une jeune femme dont elle est très proche, et Jérôme, l’orthophoniste chargé de la suivre

Mon avis

N’ayant pas encore eu l’occasion de lire son roman précédent, « les Loyautés » qui est dans le même style, j’ai d’abord été un peu surpris par ce roman. On est très loin des récits sombres dont on a l’habitude. Cependant, si le roman est plus « joyeux » il n’en reste pas moins profond et complexe.

Après avoir arpenté la question de la Loyauté, l’auteure continue son cheminement et aborde la question de la Gratitude. Combien de fois avons-nous dit merci sans le penser, et combien en le pensant vraiment ?
Dans ce court roman, on se retrouve au cœur même de cette gratitude. Celle qui se dit, se vit. Mais aussi celle qui se perd, qui reste muette, absente.

On y suit Michka, « qui a largué les amarres », placée dans une maison de repos et qui cache sa petite bouteille de whisky au milieu de ses pulls. Marie qui tente de ralentir le temps et qui est contrainte de voir cette femme intelligente, cultivée et qui l’a recueillie, disparaitre petit à petit. Et enfin il y a Jérôme, l’orthophoniste qui tente lui aussi de ralentir le temps, à sa manière. A coup de mot, de syllabes et de souvenir.

Mais au cœur de ce trio, il y a les gratitudes. Aux personnes qui nous ont sauvé, aidé, protéger.

De Vigan traite une nouvelle fois d’un sujet dur. Celui de l’oubli, de la vieillesse, de la perte. Parce qu’au final « Vieillir, c’est apprendre à perdre ». J’avais la gorge serrée en lisant les derniers chapitres mais j’ai une nouvelle apprécié ce nouveau roman de l’auteure. L’écriture est, comme d’habitude, très agréable rehaussée par quelques touches d’humour très bien placée !

Ma note : 4/5


Et voilà, c’est la fin de cet article ! Je m’excuse pour sa longueur mais j’ai vraiment eu du plaisir à vous retrouver et à vous l’écrire ! 😉
Et vous, vous avez déjà lu l’un de ses livres ?

Passez une belle journée et à dimanche !

cropped-life-is-a-journey-base-line1.jpg

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s