Qu’est-ce que la liseuse a réellement changé dans mes habitudes de lecture ?

Il y a presque un an, je craquais enfin sur une liseuse. Je vous en parlais par ici mais pour mon Erasmus à Hong-Kong, je n’avais droit qu’à un bagage de 25 kilos. Pour 6 mois. Cela peut sembler beaucoup, mais ça grimpe vite. Et ça laisse très peu de place pour des livres.

Après une année d’utilisation et plus d’une vingtaine de livre lus, je dois dire que l’amoureux du papier que j’étais à pas mal évolué.  C’est même assez dingue de voir à quel point mes habitudes de lecture ont changé au cours de ces derniers mois grâce à ce petit objet.

Processed with VSCO with a4 preset
Processed with VSCO with a4 preset

 

Avant d’entamer avec vous la « liste » de ces changements, j’aimerais simplement vous faire un simple retour sur le modèle même de ma liseuse. Malheureusement, mes craintes (déjà évoquées plus tôt) se sont confirmées. Je la trouve très peu réactive et je remarque que l’écran commence déjà à montrer des signes de vieillesse. (Il m’arrive que la liseuse s’éteigne seule, que la luminosité change drastiquement sans que je le souhaite etc.)

Un autre point faible, à mon sens, est le catalogue proposé par Kobo. Comparé à celui proposé par Kindle, on est à des années lumières, et leur application commence tout doucement à me hérisser les poils.
Mais si je suis à la recherche du modèle idéal, je reste convaincu par l’objet. Je pense me diriger vers un modèle Kindle, la paperwhite 2, je pense ?

Note à moi-même, ne plus prendre le premier modèle venu parce qu’il est en promo et ne pas hésiter à débourser quelques euros en plus pour un modèle bien meilleur. La vente d’organe est une solution. NB : Le rein se vend le mieux, et on en a deux. Qui a besoin de deux reins ?! 

Bref, je me suis un peu perdu en route, mais je pense qu’il était nécessaire de faire le point sur la liseuse en tant qu’objet avant d’aborder les changements qu’elle a apportés.

Sans plus attendre, voici en quoi la liseuse a modifié mon comportement de lecteur.


Je lis beaucoup plus

Premier constat et il peut sembler idiot mais c’est une réalité. La légèreté et le format de la liseuse fait qu’elle se glisse toujours dans mon sac. Là où mon tome d’Anna Karenine me prenait toute la place (et était lourd sa mère), ma liseuse se glisse dans une petite poche et se fait à peine ressentir tant elle est légère.

Je grappille toujours un chapitre ou deux le matin dans le tram, où entre deux cours, sur le temps de midi etc.  Mis bout à bout, tous ces chapitres grappillés font que je me retrouve à un nombre de livres lus bien plus important qu’auparavant.

Je me lance beaucoup plus facilement dans de nouvelles lectures

Le prix tout de même bien plus compétitif des e-book fait que je ne pose plus mille-et-une question avant d’acheter un livre. Je me laisse porter par les recommandations ou certaines critiques vues sur Instagram. Le fait que l’on ne « voit » pas directement le livre doit aussi jouer un rôle. C’est la seule explication logique que je donne au come-back récent et magistral de l’héroïque-fantasy/Young-Adult dans mes genres chouchous. (Guilty pleasure *_*)

J’ai découvert le monde de l’auto-édition

Alors ce point c’est un peu à double tranchant. Oui j’ai découvert le monde de l’auto-édition et je suis tombé sur des petites pépites. Mais Dieu qu’est-ce que j’ai pu lire comme navet ! (Je n’en ai d’ailleurs pas fini plusieurs) Si ce monde est excitant parce qu’on se sent un peu comme un explorateur livresque, j’ai l’impression que je suis tombé dans beaucoup de ses pièges. Aucun ne m’a été fatal heureusement, mais j’ai l’impression que je manque encore un peu d’info sur comment réellement tomber sur de chouettes filons.

Je lis beaucoup plus en anglais.

C’est simple, je pense que tous les livres de ma liseuse sont en anglais. Quel plaisir d’enfin avoir toutes ces possibilités à portée. Ce n’est pas à Verviers que j’aurai pu trouver ce genre d’édition. Ou alors j’attends un mois pour que ma commande arrive, peut-être. Mais je suis impatient donc la liseuse c’est parfait !

Non, blague à part, je suis vraiment hyper content de pouvoir lire certains livres en anglais. Cela permet d’entretenir mon anglais qui depuis mon départ de Hong-Kong n’a plus des masses d’opportunité d’utilisation, et si il se piquette tout doucement de rouille j’ai l’impression de ralentir le phénomène en lisant dans la langue de Shakespeare (Oh c’est quand même beau ce que je vous dit)
Et puis, la règle de la VO est meilleure que les traductions pour les films est clairement transposable pour les livres.

Mon rapport au papier et au livre a drastiquement changé.

Ce point est surement celui qui me surprend le plus. Moi qui ne jurais que par le papier est forcé de constater que je lis plus sur ma liseuse. Enfin, j’ai plus acheté d’e-Book cette année que de livre papier. (Merci Maman d’avoir une bibliothèque qui regorge de petites pépites)

Mais je dirai qu’actuellement on est plutôt sur un 50-50. Au départ je ne considérais ma liseuse que comme un bête support qui jamais ne supplanterai le livre. He bah, il y a que les cons qui changent pas d’avis parce que force est de constater qu’elle est au même niveau que le roman papier.
En fait, mon rapport au livre a clairement changé. Je le considère réellement comme un objet. Et pour des raisons économiques, écologiques (même si l’industrie du papier est extrêmement bien recyclée) et minimaliste (bah oui, dans un 25m2 on ne peut pas trop se permettre de folie en matière de stockage de livres) je filtre beaucoup plus mes achats en livre papier.

Lorsque j’achète un livre papier, c’est que j’en ai vraiment envie. J’ai envie de garder une trace de ce titre, de le conserver, l’exposer. Etre capable de le feuilleter plus tard et me remémorer les souvenirs qu’il renferme. Ce rapport beaucoup plus sentimental, je le trouve plus empli de sens. Je n’accumule plus les livres mais je m’entoure de livre qui ont une vraie valeur à mes yeux, qui comptent et signifient quelque chose pour moi.


 

Et voilà, je pense que c’est à peu près tout pour moi ! J’espère que l’article vous aura plu. Si vous avez quelques filons sur l’auto-édition, lâchez-vous en commentaire et aussi, dites-moi si vous seriez intéressé par une liste non-exhaustive et pas trop rébarbative des livres qu’il y a dans ma liseuse ?

 

Prenez-soin de vous,

Thib

cropped-life-is-a-journey-base-line1.jpg

2 réponses sur « Qu’est-ce que la liseuse a réellement changé dans mes habitudes de lecture ? »

  1. Moi aussi la liseuse a changé ma vie de lectrice. Comme toi je lis bien plus depuis que je l’ai, et je sors plus facilement de ma zone de confort car le prix est moindre et ça ne prend pas de place à la maison par rapport au papier. Je l’emporte partout et je voyage beaucoup donc c’est super pratique 😀 Je n’ai pas les problèmes dont tu parles sur mon kobo (j’ai eu une kobo Glo pendant 5 ans et là j’ai la Aura 2). Je ne lis pas vraiment d’auto édités donc je ne peux pas me prononcer sur ce sujet 😅 Merci pour cette article 🙂

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s