Parce que tu n’es pas qu’un chiffre

Ça fait aujourd’hui plus ou moins un an et demi que j’ai commencé à bloguer. Enfin, avec assez peu de constance au début, je commence petit à petit à trouver mon rythme et mon équilibre (après 18 mois il était quand même temps Titi…). J’ai envie de partager avec vous un sentiment qui m’habite un peu depuis quelques semaines.

Confession d’un ex-accro à la bidoche

Je consomme

Tu consommes

Il consomme

Nous consommons

Trop.

Bonjour à tous ! Je suis tellement heureux de vous retrouver maintenant que mes examens sont terminés ! Il y a quelques mois, je vous avais parlé du slow-life, de comment j’envisageai ma consommation, mon alimentation. (Si vous voulez vous rafraichir la mémoire l’article est juste ici ) Cette réflexion n’était que le début d’un long processus de questionnement (que je suis encore loin d’avoir terminé). Mais au final, qu’est ce qui a réellement changé ?

Dur d’être un mec par les temps qui courent

Je ne sais pas trop par où commencer. Mais je pense qu’il est temps que je partage avec vous un sentiment que j’ai depuis un petit moment. Je suis un homme et la seule chose qui me différencie d’une femme est notre dernière paire de chromosome. La sienne est XX, la mienne XY. Cette petite différence qui peut paraître insignifiante, se révèle être au final très importante.

Car « grâce » à cette différence, je n’ai jamais eu peur de mettre un short en été. Cette différence fait que mon corps m’appartient. Cette différence fait que je ne suis pas moins bien considéré parce que je pourrais donner naissance, un jour, à un enfant. Enfin, cette différence, fait que mon salaire sera juste et que je ne recevrai pas moins en fonction de mon sexe.